Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Comme la plupart des religions, l’Islam, en général, interdit le mensonge.  Le Coran dit :  "Dieu ne dirige pas les transgresseurs et les menteurs" (Sourate 40, Verset 29) ou "O vous les croyants , pourquoi dites vous ce que vous ne faites pas  , c 'est une grande abomination de dire ce que vous ne faites pas.."(sourate 61 verset 2/3)  Dans le Hadith, on trouve la citation du prophète Muhammad :  "Soyez honnête parce que l’honnêteté conduit à la bonté et la bonté conduit au Paradis.  Méfiez-vous de la fausseté parce qu’elle conduit à l’immoralité et l’immoralité conduit à l’enfer."

 

Cependant, à l’opposé de la plupart des religions, il y a certains cas, dans la religion musulmane, dans lesquels le mensonge est non seulement toléré, mais, en fait, recommandé.Mentir n’est pas toujours une mauvaise chose, bien sûr ; il y a des occasions dans lesquelles dire un mensonge est plus profitable, meilleur pour le bien-être général et pour la réconciliation entre les gens que dire la vérité.  C’est pour çà que le Prophète dit que celui qui (à l’aide du mensonge) amène les gens à la réconciliation, fait le bien ou dit une bonne parole, n’est pas coupable de fausseté.»

 

Pour explorer cette duplicité troublante dans la religion musulmane, nous examinerons d’abord quelques exemples de l’histoire récente aussi bien qu’ancienne.  Ces exemples montrent que le mensonge est une tactique commune parmi les membres du clergé et les hommes d’État musulmans.

 

En Juin 1 967, l’Égypte fut vaincue par Israël et perdit la péninsule du Sinaï lors de la « Guerre des 6 Jours ».  Après cela, le but essentiel de l’Égypte devint de regagner le territoire perdu.  Le Président Nasser, et ensuite, le Président Saddat, adoptèrent le slogan :  « aucune voix ne s’élèvera au dessus de la voix de la Bataille ».  Les soldats appelés en 1967 furent gardés en état d’alerte dans l’armée en prévision d’une « bataille » proche.  Néanmoins, les années passèrent et les Égyptiens devinrent mécontents de ces vaines promesses et de cette situation « ni paix, ni guerre ».  Saddat proclama enfin solennellement que 1972 serait l’année de la Bataille tant attendue.  Tout au long de l’année, il répéta :  « Je vous jure sur mon honneur que cette année ne passera pas sans que nous déclenchions la Bataille ».  On le crut parce qu’il risquait, par serment, sa réputation et son honneur.  À la stupéfaction générale, l’année passa sans un seul coup de feu.  Beaucoup donc, à l’intérieur de l’Égypte comme à l’étranger, commencèrent a le traiter de bluffeur.  Opinion confirmée d’ailleurs par ce qui se passa l’année d’après, en 1973 où il ne fit aucune mention de son serment sur la Bataille.  De nombreux conscrits furent renvoyés chez eux et beaucoup d’officiers obtinrent des permissions.  C’est alors que, sans avertissement, en octobre 1973, Saddat lança l’attaque et ce fut le début de la guerre du Yom Kippour.

 

En tant que chef militaire, Saddat était censé user de surprise pour duper l’ennemi.  En tant que Musulman pieux, il n’avait pas à se préoccuper d’un serment non tenu.  Il comprenait que l’histoire et l’enseignement de l’Islam l’exemptaient de toute responsabilité spirituelle quand il basait une manœuvre de stratégie militaire sur des mensonges.

 

On trouve la preuve de cela dans beaucoup d’exemples tirés de la vie même du prophète  Muhammad.  Souvent il mentit et ordonna à ses adhérents d’en faire de même.  Les chances de succès des missions ayant pour but de répandre l’influence de l’Islam , elle annulait, à son avis, le commandement initial d’Allah contre le mensonge.  Un bon exemple de mensonge approuvé parè le prophète Muhammad est fourni par le récit de l’assassinat de Kaab Ibn al-Ashraf, membre de la tribu juive des banu a-nudair(Qui fut un fervent adversaire du prophète car il incitait les Polytheistes a le combattre ,composait des poemes satiriques ( il etais un excellent poete à l' epoque) se raillait des femmes musulmane ..bref il agacait beaucoup le prophete mais son hostilité etais d autant plus psychologique que cela poussa le prophete à s'en debarasser)

 Il lui avait été rapporté que Kaab s’était montré favorable aux Qusaishites lors de la bataille que ceux-ci avaient montée contre lui.  De plus (et ceci le rendit encore plus furieux), on disait que Kaab avait récité des poèmes d’amour à des femmes musulmanes.  Le prophète demanda donc des volontaires qui se debarrasseraient de Kaab Ibn al-Ashraf.  Selon lui, Kaab avait « nuit à Allah et à son Apôtre ».  À l’époque, Kaab Ibn al-Ashraf et sa tribu étaient puissants et il n’était donc pas façile pour un inconnu de s’infiltrer et d’exécuter cette tâche.  Un Musulman nommé Ibn Muslima se porta volontaire pour ce projet meurtrier à condition que Le prophète lui permette de mentir.  Avec le consentiment de celui-ci donc, Ibn Muslima alla trouver Kaab et lui raconta des histoires, prétendant avoir du ressentiment contre le prophète.  Une fois qu’il eut gagné la confiance de Kaab, il l’invita un soir, par la ruse, à quitter sa maison et, dans un endroit sombre et désert, le tua.

 

Le récit du meurtre de Shaaban Ibn Khalid al-Hazly offre un exemple semblable.  On disait que Shaaban était en train de monter une armée pour combattre le prophète  En représailles, celui-ci ordonna à Abdullah Ibn Anis de tuer Shabaan.  Encore une fois, le futur assassin demanda au prophète la permission de mentir.  Celui-ci donna son accord et commanda au meurtrier de prétendre qu’il faisait partie du clan des Khazaa.  Quand Shaaban vit arriver Abdullah, il lui demanda : « de quelle tribu es-tu ? »  Abdullah répondit « celle des Khazaa ».  Il ajouta alors :  « j’ai entendu dire que tu es en train de lever une armée pour combattre Muhammad et je suis venu vous joindre. »  Abdullah commença à se promener avec Shaaban, lui racontant que Muhammad  prêchait l’hérésie, critiquait les patriarches arabes et détruisait leur espoir.  Tout en continuant à parler, ils arrivèrent à la tente de Shaaban.  Les compagnons de celui-ci s’éloignèrent et Shaaban invita Abdullah à venir se reposer à l’intérieur.  Quand tout devint silencieux et qu’il sentit que tout le monde dormait, celui-ci trancha la tête de Shaaban et la porta en trophée à Mahomet.  Quand il aperçut Abdullah, le prophète s’écria en jubilant :  « Ton visage a triomphé "aflaha al-wajho"».  Abdullah retourna son salut en disant :  « C’est ton visage, apôtre d’Allah, qui a triomphé "aflaha wajhoka, ya rasoul 'Allah" ».

 

 

La plupart des Musulmans connaissent les principes de l’Islam qui justifient le mensonge quand il leur paraît nécessaire.  Parmi ceux-ci, on trouve :

  • La guerre est une tromperie
  • La nécessité justifie ce qui est interdit
  • Entre deux maux, choisir le moindre

Ces principes dérivent de passages du Coran et du Hadith.

 

Dans le Coran, Allah est censé avoir dit :

 

« Il ne vous châtiera pas pour un serment inconsidéré, mais il vous châtiera si vous manquez à un engagement réfléchi.  L’infraction commise coûtera la nourriture de dix pauvres, nourriture de qualité moyenne et telle que vous la donnez à vos familles, ou bien leur vêtement, ou bien l’affranchissement d’un esclave.  Celui qui sera hors d’état de satisfaire à cette peine jeûnera trois jours.  Telle sera l’expiation de votre serment si vous avez juré.  Observez donc vos serments.  C’est ainsi que Dieu vous manifeste ses signes, afin que vous soyez reconnaissants. » (V, 91)

 

« Dieu ne vous punira point pour une parole inconsidérée dans vos serments, il vous punira pour les œuvres de vos cœurs.  Il est clément et miséricordieux. » (II, 225)

 

« Quiconque, après avoir cru, redevient infidèle (à moins qu’il ne soit pas contraint et que son cœur ne reste ferme dans la foi) ne sera point coupable ; mais la colère de Dieu s’appesantira sur celui qui ouvre son cœur pour l’infidélité, et un châtiment terrible l’attend. » (XVI, 109)

 

Le célèbre commentateur musulman, Al-Tabary explique que ce dernier verset a été révélé après que Mahomet ait appris qu’Ammar Ibn Yasser, kidnappé par la tribu des Banu Mughira , avait été forcé de renier sa foi en Mahomet.  Celui-ci le consola en lui disant « s’ils ont tourné, tu tournes » (explication :  s’ils te capturent de nouveau, il t’est permis de me renier de nouveau).

 

Ces passages du Coran et d’autres dans la même veine révèlent clairement que, pour le Musulman, le mensonge non-intentionnel est pardonnable et que même le mensonge intentionnel peut être absous si on exécute certaines pratiques supplémentaires.  Il est clair aussi qu’un Musulmans peut mentir sous serment et peut même renier sa foi en Allah pourvu que, dans son cœur, il maintienne sa profession de foi.

 

Dans le Hadith, Mahomet insiste sur les mêmes concepts.

 

Dans " Ehiaa Oloum al-Din " par l'érudit musulman Al-Ghazali, vol.3, nous lisons (Vol. 3 ; p. 284-287) :

 

« Une des femmes du prophète, Umm Kalthoum, témoigne qu’elle n’a jamais entendu l’apôtre d’Allah approuver le mensonge, sauf dans les 3 situations suivantes :

            1 – pour la réconciliation entre les individus

            2 – en cas de guerre

            3 – entre les époux, pour préserver la paix familiale

 

Dans un passage du Hadith, le prophète déclare « les fils d’Adam doivent rendre compte de tous mensonges sauf ceux commis pour produire la réconciliation entre Musulmans. »

 

Dans un autre passage, on lit « Aba Kahl, obtient la réconciliation entre les gens. »  (Autrement dit, même par le mensonge)

 

La citation suivante prouve que le prophète permettait le mensonge dans des situations nombreuses et variées…  « Les fils d’Adam doivent rendre compte de tous leurs mensonges sauf dans ces cas-ci :  pendant la guerre (parce que la guerre est une tromperie), quand il s’agit de faire la paix entre deux hommes qui se querellent, et quand un homme veut apaiser sa femme. »

 

 

Le mot arabe « Takiyya » signifie « empêcher » ou « se protéger ».  Le principe d’Al Takiyya signifie qu’il est permis à un Musulman de mentir comme mesure préventive quand il prévoit l’avènement de quelque chose de nuisible, soit à lui-même soit à d’autres Musulmans.  Ce principe le rend libre de mentir dans les circonstances de vie ou de mort.  Il peut même renier sa foi, tant qu’il ne le fait pas du cœur.  Al Takeyya est basé sur le verset coranique suivant :

 

« Que les croyants ne prennent point pour alliés des infidèles plutôt que des croyants.  Ceux qui le feraient ne doivent rien espérer de la part de Dieu, à moins que vous n’ayez à craindre quelque chose de leur côté.  Dieu vous avertit de le craindre :  car c’est auprès de lui que vous retournerez. » (III, 27)

 

 

Les Implications du Principe d’Al Takiyya

 

Malheureusement, dans tout rapport avec des Musulmans, on doit se rappeler qu’ils peuvent faire des déclarations apparemment sincères tout en ayant en esprit un but complètement opposé.  Il est clair que l’Islam permet à ses adhérents de mentir en toutes circonstances où ils perçoivent un danger aussi bien pour eux-mêmes que pour leur religion.

 

En matière de politique internationale, la question se pose :  peut-on faire confiance aux nations islamiques et s’attendre à ce qu’elles soient fidèles aux traités signés avec des nations non-islamiques ?  Il est bien connu que la foi musulmane permet à ses adhérents d’accepter presque n’importe quoi lorsqu’ils sont faibles.  Une fois qu’ils ont regagné des forces, ils renient leurs promesses passées.

 

L’approbation du mensonge quand il a pour but de favoriser la cause de l’Islam est un principe qui a de graves conséquences quand on considère l’expansion de l’Islam en Occident.  Les activistes musulmans emploient des tactiques mensongères pour donner à l’Islam une apparence plus attrayante et donc plus à même d’amener à la conversion.  Ils évitent soigneusement, cachent, ou omettent de mentionner tout ce qui est négatif parmi les textes ou doctrines islamiques.

Un bon exemple de ce genre de tromperie, c’est que les activistes musulmans citent toujours les passages du Coran datant de la période où le prophète exerçait son ministère à la Mecque.  Ces textes sont pacifiques et exemplifient la tolérance envers ceux qui n’adhèrent pas à l’Islam.  Ils sont pourtant tout à fait conscients du fait que la plupart de ces passages ont été abrogés (c’est-à-dire annulés et remplacés) par des passages reçus après l’émigration à Médine.  Les versets de remplacement reflètent les préjugés et l’intolérance et souscrivent à l’intolérance envers les incroyants.

En conclusion, il faut absolument comprendre que les dirigeants musulmans peuvent se servir de cette ambiguité dans leur religion pour se dégager en bonne conscience de toute promesse. Il est important aussi de savoir que ce qui est dit dans le but de propager l'Islam n'est pas toujours l'entière vérité. Quand on a affaire à des Musulmans, ce qui compte n'est pas ce qu'ils disent mais leurs intentions réelles, dans leurs cœurs mêmes...

 

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de seddouki.foued.over-blog.fr
  • Le blog de seddouki.foued.over-blog.fr
  • : Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. Article 19 Déclaration des droits de l'homme
  • Contact

Recherche

Liens