Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Les abattoirs

 

Selon la réglementation, l’abattage rituel musulman et juif ne peut être effectué que par  des “personnes qualifiées par des organisations religieuses reconnues”.

Cette  réglementation confère aux mosquées de Lyon, Paris et Evry, ainsi une habilitation qui  leur permet de bénéficier d’un premier apport financier relatif à la délivrance de cartes de  sacrificateurs.

Ces trois mosquées n’agissent pas ainsi partout en Europe, au Pays-bas, en  Belgique, en Irlande, en Italie, ou en Allemagne, les cartes sont délivrées soit par des  mosquées affiliées à telle chapelle politique, tel pays du Moyen-Orient, telle association  culturelle ou organisation islamique, islamiste mondiale.

Des abattoirs sérieux pratiquent  réellement l’abattage rituel, en toute transparence. Sans prévenir tout un chacun peut  visiter l’abattoir au moment de l’abattage qui a lieu généralement de très bonne heure.  

Cependant, nombreux sont les abattoirs qui s’adonnent, depuis des années, au faux halal   soit en complicité avec des sacrificateurs soit avec des contrôleurs notamment en matière  de volailles.

Systématiquement, ces abattoirs refusent l’accès au site d’abattage au cas où   le visiteur n’a pas averti de sa visite. Comment agissent-ils ?

D’abord, ces abattoirs  prennent toutes les dispositions pour se couvrir. La première consiste à recourir à des  sacrificateurs habilités par une organisation religieuse (association, mosquée,...) et souvent  recommandés par elle en contrepartie de rétribution financière (en Belgique, il est créé un  réseau animé par des imams marocains qui “importent” des sacrificateurs marocains).

Ces  sacrificateurs étant rémunérés par les abattoirs deviennent juge et partie et sont donc  obligés d’obéir à leur employeur.

Leur responsabilité est engagée puisque leur signature figure sur le “certificat de viande halal” dont dispose en quantité industrielle le propriétaire de l’abattoir. Des “certificats” portent l’en-tête du “contrôleur”, vierges et  prêts à l’emploi. Cette disponibilité met en exergue une autre complicité, celle du  contrôleur” qui “certifie” au kilogramme que la viande est halal, c’est-à-dire licite à la   consommation par les musulmans.

 

Si le sacrificateur est employé par l’abattoir, le  “contrôleur” reçoit lui des gratifications mises sur le dos du consommateur obligé de  payer — indirectement — ce qui est pompeusement qualifié de taxe halal.

Il existe des abattoirs qui font appel à des associations qui respectent leur statut non  lucratif puisqu’elles certifient bénévolement le caractère halal. (Ces associations sont  composées de religieux, de bouchers, de consommateurs...) Certains ont carrément créé  des sociétés dites “de contrôle de viande halal” dont on se demande d’où ils se sont  accordés de tels attributs. Ainsi, ils vous indiquent telle ou telle mosquée qui, selon eux,  les aurait habilités à être des contrôleurs. En attendant de lire cette habilitation, le moins  que l’on puisse dire est qu’ils se sont trouvé une belle couverture.

 Là aussi, on parle de  gratification pour ne pas dire dessous- de-table. L’absence de réglementation et donc d’impunité ayant encouragé plus d’un, aujourd’hui des “certificats de viande halal” sont   vendus à... l’année par des “personnalités religieuses”.

 

 

Les producteurs

 

Ce sont les entreprises productives de produits élaborés (steaks hachés,...) de pâtés, de  kachers, de saucissons à base de volailles, de viandes ovine et bovine. Ces producteurs  achètent leur matière première, c’est-à-dire les viandes en provenance de tous les pays européens.

 

Ainsi, une entreprise italienne se ravitaille de France, de Belgique, etc., l’essentiel est qu’elle dispose du fameux certificat halal pour vendre ses produits tant en  Europe que, dans les pays musulmans.

Saucisson de volaille et de veau aux olives,  mortadelle de volaille, galantine de volaille pistachée, jambon de dinde, mousse de foie de  volaille, merguez de volaille, les produits proposés sont aussi variés que de divers  composants.

 

Les distributeurs

 

Ce sont soit des entreprises telles Auchamps, Carrefour,... soit les commerçants tels que  les bouchers,... Elles sont concernés — directement ou indirectement — par la distribution   de la viande ou des produits faux halal selon qu’ils sont impliqués ou abusés...

Le plus  souvent, c’est dans ces espaces de distribution que la tromperie est mise à jour.

Mais pas en ce qui concerne le halal. Les inspecteurs de la répression des fraudes, conformément à   la réglementation vérifient si le produit portant l’étiquette halal est accompagné d’un   document l’attestant.

Là, le contrôle s’arrête et là se poursuit la fraude.

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de seddouki.foued.over-blog.fr
  • Le blog de seddouki.foued.over-blog.fr
  • : Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. Article 19 Déclaration des droits de l'homme
  • Contact

Recherche

Liens