Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Le marché halal (tous produits), augmente de 15% par an et   atteint les 15 milliards d’euros par les “plus de 20 millions de consommateurs en Europe   et 7 millions en France”.  “les consommateurs musulmans   représentent entre 10% et 15% de la consommation bovine, ovine et avicole nationales  soit à peu près 400 000 tonnes par an. Autre donnée, celle relative à l’exportation : “La   viande halal pour l’exportation vers l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient représente chaque année 200 tonnes de viande et 200 000 tonnes de poulet”  ..

Avéré ou pas, ce chiffre donne une idée des gains acquis par ceux qui se déclarent ccertificateurs de viande halal : 20 millions d’euros par an ..

Cette pratique qui s’applique au mouton, au poulet, à la dinde et au   boeuf est devenue un marché estimé à 3 milliards d’euros”... Quels que soient les chiffres,  le halal est bel et bien une source de gains provenant, essentiellement, de trafics en tout  genre, de fraudes et de tromperie.

Ce n’est pas sans intérêt qu’on lui conserve des   manifestations. Même si souvent le terme halal n’est pas assimilé à sa juste définition, certains croient que le halal c’est seulement ne pas manger du porc, le même périodique  cité estime faussement qu’il s’applique à l’animal “égorgé la tête tournée vers La  Mecque”. “

 

Certificats halal “bidon”

 

Les pratiques frauduleuses, les tromperies, les escroqueries exécutées par la mafia du  faux halal ont lieu dans les abattoirs, les entreprises de production et de distribution.

Cependant, il est nécessaire de préciser que dans l’ensemble de l’Europe : — L’abattage   par égorgement, dans les abattoirs et dans tout autre lieu est interdit. Les animaux sont étourdis ou assommés avant la mise à mort par pistolet à tige perforante, par percussion,  par électronarcose et par exposition au dioxyde de carbone.

L’égorgement ou l’abattage  rituel (halal ou kasher) est soumis à une dérogation. — Les sacrificateurs doivent disposer  d’une carte délivrée (après test et après constitution d’un dossier et paiement d’une  somme) par une “autorité” religieuse. Pour ce qui concerne la France, trois mosquées  (Paris, Evry, Lyon) sont agréées par le ministère de l’Agriculture pour “habiliter des  sacrificateurs autorisés à pratiquer l’égorgement rituel”. La Mosquée de Paris a été agréée  le 15 décembre 1994, et celles d’Evry et Lyon, le 27 juin 1996, après de multiples  pressions.

Dans les autres pays européens, l’habilitation de sacrificateurs est attribuée soit par des   associations culturelles, par des centres culturels, soit par des mosquées sans aucune   interférence des pouvoirs publics qui lorgnent plutôt du côté des abattoirs avant de les   habiliter à pratiquer l’abattage rituel. Il faut savoir que cet abattage rituel n’est autorisé   dans les abattoirs que s’ils remplissent certaines conditions notamment en ce qui concerne   la contention pour éviter que l’animal se débatte...

 

Dans chaque pays européen, il existe une liste d’abattoirs pratiquant l’abattage rituel.

Cependant, des abattoirs mus par le gain rapide et facile, n’étant pas qualifiés pour cet abattage, font appel à des pseudocontrôleurs qui leur délivrent de faux certificats halal   (contre des sommes importantes) pour effectuer des exportations (comme Charal et Carrefour (France). 

Par cette pratique frauduleuse, des tonnes et des tonnes de produits dits élaborés (steaks hachés,...) sont commercialisés en France et dans les pays musulmans... —

 

 Le label “halal” doit être apposé dans l’abattoir, quelques instants après l’égorgement rituel et surtout par un  contrôleur neutre. Neutre, c’est-à-dire ne pas être employé par l’abattoir.

Même le  sacrificateur n’a pas compétence pour estampiller la carcasse sinon il serait juge et partie puisqu’il est rémunéré par l’abattoir.

De plus, il est bien précisé sur la carte de sacrificateur que celle-ci ne prouve pas que la   viande soit halal. Etonnant que cette mention se retrouve sur toutes les cartes établies en   France, en Allemagne, aux Pays-bas, en Italie en Belgique et ailleurs... C’est le seul point sur lequel les  habilitateurs (mosquées, associations,...) soient d’accord. Cette précision vaut son pesant  d’or sinon les euros récoltés iraient directement dans les poches des sacrificateurs. Ce  label halal est exposé à la loi qui interdit la vente d’un produit non conforme à l’étiquette.

C’est-à-dire qu’un commerçant doit prouver au moment du contrôle que la viande halal   qu’il vend provient d’une bête abattue rituellement, il produit alors un certificat de viande   halal.

Là s’arrête le contrôle car aucune réglementation ne permet de vérifier si ce   certificat est avéré. Et c’est là que commence la fraude.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de seddouki.foued.over-blog.fr
  • Le blog de seddouki.foued.over-blog.fr
  • : Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. Article 19 Déclaration des droits de l'homme
  • Contact

Recherche

Liens