Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 14:28

"Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire les besoins de  l'homme mais pas assez pour assouvir son avidité "..Gandhi

 

Les cours d’économie nous enseignent qu’un individu qui doit choisir entre deux paniers, contenant des nombres différents d’exemplaires d’un même bien, préférera toujours le plus rempli. Cet axiome sans nuance exprime donc que, même si à un moment donné un individu possède tous les biens matériels qui lui sont nécessaires, et au-delà, il préférera quand même en avoir plus. L’économie parle de l’axiome de dominance ou axiome de non-saturation mais on aurait aussi bien pu le nommer axiome d’avidité.

Cet axiome bien innocent et à première vue assez naturel, instille dès le départ de la pensée économique  un principe dévastateur. Quelques tomes de littérature économique plus tard, il aboutira à considérer la croissance exponentielle de la consommation matérielle de l’humanité comme un objectif politique louable et nécessaire. Que cette croissance n’ait été possible que grâce à la croissance de la consommation du charbon puis du pétrole et du gaz, que cette croissance soit ainsi à l’origine du plus grand problème rencontré par l’humanité, celui des changements climatiques, n’a pas (encore) fait dévier de sa route l’édifice théorique de l’économie.

En situation matérielle précaire, il est naturel qu’un individu souhaite obtenir ce qui lui manque et il est naturel que la société l’y aide. Mais lorsqu’un individu a déjà largement tout ce qu’il lui faut pour vivre, est-il si évident que son bonheur soit encore plus grand s’il a encore plus ? Les études menées en psychologie positive et en économie du bonheur apportent des enseignements plutôt nuancés. 

 À partir d’un certain niveau de richesse, le bien-être subjectif dépend peu de la richesse ou du revenu.

Si l’homme est un être social doué de raison il appartient aussi au règne animal. À ce titre, ses comportements sont en partie déterminés par son patrimoine génétique, fruit d’une longue évolution. Les animaux obéissent-ils à l’axiome de dominance ? Un animal préfère-t-il un panier contenant plus ? Un oiseau préfère-t-il un plus grand nid ? Hormis des situations pathologiques, ce n’est probablement pas le cas.

Outre cette composante génétique, l’être humain est aussi éminemment social. Une mère va-t-elle priver ses enfants pour satisfaire à son axiome de dominance ? Un convive va-t-il priver son voisin du seul fruit restant sur le plateau alors qu’il en a déjà un ? Une société va-t-elle en laisser une autre mourir de faim ? La sociologie aurait certainement beaucoup à dire à ce sujet.

Et, finalement, si l’homme est doué de raison, il devrait comprendre les explications largement exposées par la communauté internationale des scientifiques , et en conséquence, ne plus chercher à augmenter sa consommation matérielle lorsqu’elle a déjà atteint un niveau satisfaisant...

Une fois les besoins fondamentaux d’alimentation, de santé, d’éducation et de sécurité satisfaits, la détermination de ce niveau devient très subjective, très dependante de la culture et des relations sociales. Dans la culture occidentale, c’est souvent la croyance qu’il en va de son statut social, quand ce n’est pas la publicité omniprésente, qui poussent un individu à l’accumulation alors que, dans une autre culture, bâtie sur une éducation différente et un système de valeurs différent, le regard et l’estime des autres pour ceux qui se soucient de l’intérêt commun pourrait l’encourager à opter pour un niveau qui soit compatible avec la perpétuation de la biosphère.

Si l’économie voulait bien envisager qu’un axiome de satiété ou de saturation soit aussi également possible que son inverse, qu’à partir d’un certain niveau, consommer plus entraîne des effets non désirés, si elle acceptait d’en examiner les conséquences sur la théorie économique, elle contribuerait alors à la définition d’une politique véritablement durable. Ainsi, l’avidité humaine avec ses conséquences ne serait plus considérée comme une fatalité.

 

La crise qui a secouée le système financier mondial n’a rien d’un ajustement douloureux avant rémission. Au contraire, elle manifeste que le processus de financiarisation des économies vient d’atteindre son point de rupture. L’exemple de 1929 et de ses conséquences politiques doit nous faire réfléchir sur le danger réel de recourir à la dictature et à la guerre pour sortir de l’impasse.


 


 

 

 

Allons-nous rester les bras croisés ? Face à ce phénomème de pillage des biens des populations par une production insensée de nouvelle monnaie pour permettre à la rapacité de quelques-uns de s’assouvir ? Est-ce que les peuples devront encore patienter pour avoir le droit de s’approprier ce qui est leur dû, pour pouvoir l’investir dans des projets en leur faveur ? Pour des emplois, pour une production de biens rentable, servant à tout le monde, pour des écoles, des hôpitaux. Faut-il laisser se développer des guerres toujours plus meutrières pour satisfaire la cupidité de ces gens, mettant en danger la vie et la santé de populations entières ? Regarderons-nous les bras croisés l’arrivée de crises voulues et préparées, destinées à nous maintenir cois et sans réflexion ? Accepterons-nous ce développement de mesures destinées à faire taire toute velléité de protestation ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by General du pommeau
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de seddouki.foued.over-blog.fr
  • Le blog de seddouki.foued.over-blog.fr
  • : Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. Article 19 Déclaration des droits de l'homme
  • Contact

Recherche

Liens